10 novembre 2017 - Aliénor exagère ! - Montpon (24)
14 novembre 2017 - Mythologie, le destin de Persée - GLOB THEATRE - Bordeaux
18 novembre 2017 - Mythologie, le destin de Persée - Lesparre (33)
25 novembre 2017 - La petite Sirène - Ingrandes-sur-Vienne (86)
...

 < Aliénor exagère ! - La petite Sirène > 

Candide ou l’optimisme

La lanterne magique 

Si Voltaire est réputé grand homme de théâtre et de philosophie, son Candide frappe surtout par le mordant de son ironie et la profusion de ses images.

Saviez-vous que Voltaire s’était intéressé à la lanterne magique ?

Cet instrument d’optique qui donna lieu au XVIIIème siècle à des spectacles populaires nécessitait des images simples et frappantes, et un bonimenteur habile : une exacte correspondance avec l’objet littéraire Candide. D’où notre idée de voir Candide imaginé par Voltaire comme un grand projet de lanterne magique qui aurait avorté, faute de moyens ou de temps.

Et si Candide était le premier scenario de l’histoire du cinéma ?

Quatre chercheurs du CNRS ont retrouvé, dans le grenier d’une demeure ayant appartenu à la maîtresse de Voltaire, des notes sur Candide, des partitions de Jean-Philippe Rameau, et des plaques de verre de lanterne magique qu’ils ont identifiées, restaurées et complétées, de façon à nous montrer le spectacle d’images rêvé par Voltaire : un film d’animation avant l’heure.

Sur scène, ils utilisent des rétroprojecteurs (dont le principe optique est le même que celui de la lanterne magique), un clavier moderne (imitant le clavecin), et trois micros.

Trois chercheurs disent le texte en manipulant les plaques de verre, le quatrième les accompagne en musique.

Leur conférence-démonstration s’avère cependant une traversée éprouvante : juste avant le début de la conférence, le directeur de recherche a appris que sa collaboratrice et épouse le trompait avec son assistant. Les trois protagonistes essaient de ne rien laisser paraître, mais c’est trop tard : la boîte de Pandore est ouverte, et tous les maux d’un couple, de ces trois individus, vont se répandre sur la scène en un condensé de catastrophes.

Petit à petit, les malheurs des professeurs font écho à ceux de Candide...

Chapitre 1 

"Un jour, Cunégonde, en se promenant auprès du château, dans le petit bois qu’on appelait parc, vit entre des broussailles le docteur Pangloss qui donnait une leçon de physique expérimentale à la femme de chambre de sa mère, petite brune très jolie et très docile. Comme Mlle Cunégonde avait beaucoup de dispositions pour les sciences, elle observa, sans souffler, les expériences réitérées dont elle fut témoin ; elle vit clairement la raison suffisante du docteur, les effets et les causes, et s’en retourna tout agitée, toute pensive, toute remplie du désir d’être savante, songeant qu’elle pourrait bien être la raison suffisante du jeune Candide, qui pouvait aussi être la sienne."

Candide, chapitre 1

(PNG)
(PNG)

Les chercheurs 

Equipe du laboratoire pluridusciplinaire de Genève CNRS/UMR 7567 - HIO (Histoire des inventions optiques)

(PNG)

Production 

Adaptation, mise en scène, dessins, textes additionnels : Laurent Rogero

avec Boris Alestchenkoff, Hadrien Rouchard et Aurélie Desert

Musique en direct : Frédérick Cazaux (J.P. Rameau)

Régie : Stéphane Le Sauce

Durée du spectacle : 1h40

Jauge tout public : 400 dont max. 20% de scolaires (dès la 4°) Jauge scolaire (si 1 tout public programmée) : 300 (dès la 4°)

Plateau minimum 8 x 6 x 4,50 m

Production Groupe Anamorphose, Scène nationale du Sud Aquitain, OARA, Aide à la création de la Ville de Bordeaux, L’Odyssée - scène conventionnée de Périgueux, Théâtre Georges Leygues - Villeneuve-sur-Lot, IDDAC, Théâtre de l’Archipel - scène nationale de Perpignan

La compagnie est soutenue par la Région Nouvelle Aquitaine, le Département de la Gironde et la Ville de Bordeaux.

DEVIS SUR DEMANDE :

Vous aimeriez avoir un devis pour accueillir le spectacle ? Contactez-nous par mail laurie@groupe-anamorphose.com ou par téléphone au 05 56 48 11 20

Presse 

« Candide » ou le théâtre animé de Laurent Rogero / Sudouest.fr / 8 janvier 2015

Après « Don Quichotte », Laurent Rogero et le groupe Anamorphose embrassent un autre grand classique de la littérature européenne : « Candide ou l’optimisme », de Voltaire.

Sur scène, quatre scientifiques du CNRS. En blouses blanches et la mine austère, ces professeurs expliquent en préambule un fait peu connu : homme de lettres et d’esprit, François-Marie Arouet, dit Voltaire (1694-1778), était passionné par la lanterne magique, machine de projection d’images, dérivée de la « camera obscura » et préfiguratrice du cinématographe.

Âgé de plus de 60 ans, Voltaire aurait produit un récit d’aventures en images, mis en musique par le compositeur et claveciniste Jean-Philippe Rameau.

De fait, cette dernière idée apocryphe est une trouvaille du metteur en scène girondin Laurent Rogero. Et les dessins (littéralement et manuellement) animés qui sont projetés en fond de scène sont également de lui.

Sans rien vraiment bousculer du texte originel, le groupe Anamorphose offre à « Candide ou l’optimisme » une dimension scénique inédite. Où l’ironie du propos voltairien, et la virulence de sa charge contre les prémices de la mondialisation télescopent notre époque.

Stéphane C. Jonathan

PDF - 135 ko
Sud Ouest Dimanche
PDF - 211.1 ko
Sud Ouest Dimanche Titre

Et l’interview par Arnaud Laporte, sur France Culture, La Dispute, le 12 janvier 2015

MP3 - 2.5 Mo
LaDispute

6 Cours de Tournon
33000 Bordeaux
+33(0)5 56 48 11 20