...

"La force de l’illusion est dans la relation"

Du samedi 9 décembre 2006 au

Ce serait donc une histoire de confiance...
Au fil des spectacles, c’est cette intuition qui anime le travail de Laurent Rogero. L’important, c’est ce qui se passe ici et maintenant, dans cette relation intime et si fragile entre acteurs et spectateurs. Et pour que l’alchimie prenne, il faut lier partie, ce n’est qu’à cette condition que le théâtre existe et que l’on peut y croire. Ainsi, ce Cid espère échapper à la fixation des formes sans imposer une "vision".
"Approchez et construisons ensemble un théâtre qui nous ressemble" : ce théâtre exclut le leurre, mais tire sa force de la convention, il ne cherche pas à rendre "réalistes" ou encore "crédibles" des personnages qui sont si loin de nous. D’ailleurs, qui peut croire de nos jours qu’un père, vexé par une gifle, envoie son propre fils inexpérimenté se faire démolir par un vétéran pour sauver son honneur ? Il s’agit de rendre sa liberté à l’imagination du spectateur, en développant la suggestion. "Que la scène propose et que la salle dispose..." Pour alimenter ce parti-pris, misons sur un théâtre de convention qui donne simplement les codes de ce qui se joue.
Mais comment élaborer un langage commun afin d’ouvrir les "portes" du Cid aux spectateurs ? En convoquant des modes traditionnels de représentation (tels le théâtre de tréteaux ou la marionnette), la mise en scène de Laurent Rogero repose sur des codes lisibles et identifiables qui facilitent l’accès à l’œuvre classique, ainsi : par un jeu de niveaux hiérarchisés, le dispositif scénique met en relief un monde de pantins régi par les rapports de domination et les conflits de pouvoir. Les personnages évoluent dans des espaces réservés, d’où chacun tire les fils de ses propres intérêts. Au cœur du tumulte, Chimène et Rodrigue voient leur passion entravée par de multiples figures, marionnettes et vivants, qui se dressent entre leurs désirs. En proie aux émotions les plus vives et les plus contradictoires, ils sont tiraillés entre une attraction irrépressible et des valeurs qui les dépassent. S’il faut sauver l’honneur, l’amour est empêché.
Et tandis que la scène révèle les stratégies du pouvoir, c’est le jeu des acteurs qui exacerbe les tempêtes intérieures et donne corps à l’alexandrin.

Revenir à l'agenda
6 Cours de Tournon
33000 Bordeaux
+33(0)5 56 48 11 20